Copyright © 2018 LRC

Coach d’acteurs


 « Pour coacher des acteurs, il faut aimer observer et transmettre son énergie. Ce n’est pas de la mise en scène, mais un travail préparatoire dont la technique et les bénéfices sont courants aux Etats-Unis. Ce métier émerge en France. »

MARIE RAYNAL, Coach d’acteurs

 

 

« Je suis bien dans l’ombre. » Une maxime peu commune, que Marie Raynal fait sienne, après des années sur les plateaux de tournages.
Pour cette comédienne de formation, venir à la direction d’acteurs s’inscrit comme la suite logique de son parcours.
Après divers rôles pour la télévision et le cinéma, Marie Raynal met son expérience d’interprète au service d’une nouvelle génération de comédiens. Elle est désormais coach d’acteurs. « Un métier très répandu au sein de l’industrie cinématographique américaine, mais encore très peu en France », indique cette comédienne passée par la mise en scène au théâtre.

Une expérience qui sert sa carrière de coach d’acteurs, dès 2013, lorsque le réalisateur mauricien David Constantin, lui demande de venir l’aider à choisir et préparer les jeunes gens qui tourneront dans son long métrage intitulé Lonbraz Kann (2014). Pour ce faire, Marie se rend presque deux mois à l’île Maurice, où elle rencontre une dizaine d’amateurs, qu’elles est chargée de choisir puis de former à la technique du jeu d’interprète. Après le casting, les répétitions s’enchaînent. Une fois les intentions des personnages trouvées, la direction ajustée, Marie s’éclipse et laisse les néo-comédiens œuvrer devant la caméra de David Constantin.
Très vite, elle renouvelle l’expérience, puisque le festival Ile Courts-Porteurs d’Images, l’appelle afin de coacher des ateliers de premiers moyens métrages auprès de réalisateurs émergents.
Quelques mois plus tard, José Alcala est à la recherche d’un adolescent à faire tourner dans T’exagères (2018), filmé en région Occitanie. Marie le rejoint dès le casting, afin de dénicher puis de coacher le jeune garçon durant l’intégralité du tournage.

Observatrice et attentive au moindre détail émanant de l’acteur qu’elle est chargée de coacher, Marie avoue mettre en oeuvre tout ce qu’elle peut « pour qu’il soit au plus proche du personnage voulu par le réalisateur. » Une tâche capitale, exercée hors champ. « Pour être coach, il faut savoir rester dans l’ombre du réalisateur. C’est beaucoup d’énergie que l’on donne et développe, sans pour autant avoir un pouvoir décisionnaire sur le rendu. Si en général, le réalisateur est plutôt d’accord avec mes choix, il peut arriver qu’il décide différemment, et je m’efface. C’est son film, son épisode, pas le mien. Il faut savoir garder cela en tête, sinon il ne faut pas faire ce métier. Ce n’est pas de la réalisation. »

Intervenant désormais pour la série Demain nous appartient, Marie vit au rythme sétois des épisodes tournés quotidiennement. Chercher ce que le comédien n’arrive pas à trouver seul grâce au coaching, en amont, permet au réalisateur de gagner du temps lors des prises. Il arrive parfois que Marie souffle aussi à l’oreille des comédiens, dont elle connaît les moindres points faibles. Intégrée à l’équipe technique depuis le début du tournage, elle ne se lasse pas de transmettre son énergie aux acteurs qui intègrent le plateau, « grandissent, se transforment et s’améliorent » sous ses yeux.

 
 

5 dates qui ont marqué le parcours de Marie Raynal :

2002 : Première mise en scène Les 7 jours de Simon Labrosse
2005 : Tournage d’Alex de José Alcala
2012 : Tournage du premier film de fiction d’Eric Pittard
2014 : Rencontre avec le réalisateur Mauricien David Constantin, coach des acteurs pour son film Lonbraz Kann, à l’île Maurice
2018 : Coach acteurs pour la série Demain nous appartient et coach ado pour le long métrage T’exagères de José Alcala

5 films qui ont marqué le parcours de Marie Raynal :

Billy Elliot, 1999, Stephen Daldry
My name is Joe, 1998, Ken Loach
Casino, 1995, Martin Scorsese
Festen, 1998, Thomas Vinterberg
Kill Bill, 2003, Tarantino