Copyright © 2018 LRC

SONIA SIVEL et MARION MESEGUER


« Il s’agit d’une histoire professionnelle et d’amitié où la solidarité est nécessaire pour fabriquer ce qui transforme le comédien en personnage. »

SONIA SIVEL et MARION MESEGUER, Costumières

 

 

Elles ont créée leur binôme autour de ce néologisme « Costumeuses » en 2014, au moment où elles décident que leur passion commune peut s’épanouir dans une activité triangulaire : la création de costumes, l’habillage et la location d’un stock de vêtements et d’accessoires.
De costumières pour le spectacle vivant au poste d’habilleuses pour le cinéma, Sonia et Marion, toutes deux diplômées des métiers d’art, traversent des réflexions communes quant à leur profession. Leur passion remonte pour la première à la découverte des comédies musicales américaines près d’un grand-père amateur de ce genre et d’une grand-mère qui l’initiait à la couture ; pour Marion, il s’agit d’un intérêt pour la mode, les belles étoffes et d’une professeur d’Histoire de l’art très encourageante rencontrée au cours de sa formation.
En 2006, alors que les tournages se multiplient en région Languedoc Roussillon, elles s’investissent sur les plateaux de cinéma et travaillent ensemble sur Antigone 34 en 2011.
« Filles du sud », elles sont attachées à ce territoire où il fait beau, où l’entraide entre professionnels est réelle. Cet amour pour la région n’exclut pas leur déplacement en festivals ou autres tournages hors Languedoc-Roussillon. Après le tournage de la série Lignes de vie  en 2012, elles enrichissent un stock déjà conséquent et engagent des travaux dans leur local à Montpellier pour développer leur activité de création et de location de costumes. Les copains du secteur sont là pour les aider à organiser ces nouveaux espaces très chaleureux et remplis de couleurs, d’étagères où tout est ordonné, classé… où les rêves peuvent trouver quelques réponses parmi des dizaines de paires de bottes et de chaussures, de piles de magasines ELLE et au milieu des penderies où sont accrochés des centaines de personnages.
Epaulées par un Président compréhensif et disponible, elles se relaient dans leur atelier pour accueillir des chefs costumiers ou directeurs de production désireux de travailler avec des stocks en région. Ainsi pour la série Crimes et botaniques, elles ont engagé une véritable collaboration avec le Chef costumier Eric Perron. En 2014 également, pour la série Le secret d’Elise, les « costumeuses » ont proposé des pièces de 1969 et 1984.
Sonia ne jette rien et reste à l’affût de tout ce qui pourrait se transformer et participer à la création d’un costume, d’un personnage. Marion rapporte régulièrement des stocks de fin de tournage. À deux, elles enrichissent continuellement leur atelier.
Habilleuses, elles rejoignent un projet deux semaines avant le tournage et ont souvent la responsabilité des figurants et des silhouettes. Lors de la préparation, elles organisent l’identification de chaque costume en nommant les housses qui les protègent. Toute l’équipe doit pouvoir s’y retrouver et être réactif lors du tournage. Proche du département déco et notamment de l’accessoiriste, elles doivent anticiper la mise en place de certains objets et veiller aux raccords avec la scripte. Leur lien avec le département du son est important lui aussi. Les ingénieurs du son travaillent de façon hétérogène et elles s’adaptent à leurs pratiques pour placer les micros sur les comédiens, veiller à ce qu’un sautoir ne vienne pas perturber la prise de son. Proche du comédien jusqu’au dernier moment avant son entrée sur le plateau, l’habilleuse s’occupe aussi de son bien-être, tient un parapluie quand il fait chaud ou le protège du froid avec une doudoune.
Superstitieuses, fétichistes, un brin espiègles, elles s’amusent à placer dans une scène un accessoire personnel ou en lien avec leur histoire. Quand le défit est relevé, elles se racontent leurs anecdotes et partagent leur malice. Elles sont les seules à pouvoir lire complètement dans les costumes des comédiens qu’elles habillent et leur fonction participe à une aventure collective où le savoir-faire de chacun est essentiel.

 
 

 

5 dates qui ont marqué le parcours de Sonia Sivel :

Année de naissance : 1972
Formation ou rencontre la plus significative : 1996 – DMA de costumier réalisateur.
Arrivée en région : 1972 « hé hé hé… »
Premier film sur lequel tu as travaillé pour le cinéma ou la télévision : 2009 La très excellente et divertissante histoire de François Rabelais réalisé par Hervé Baslé.
Date de ton choix par rapport à un événement intéressant qui te tient à cœur : 2007 -année de ma rencontre avec Marion.

 

5 dates qui ont marqué le parcours de Marion Meseguer :

Année de naissance : 1981
Formation ou rencontre la plus significative : 2007 – ma rencontre avec Sonia Sivel.
Arrivée en région : 1981 – je suis née ici et j’aime y vivre !
Premier film sur lequel tu as travaillé pour le cinéma ou la télévision : 2002Bon Voyage de Jean-Paul Rappeneau, j’étais stagiaire à l’atelier costume, une belle expérience.
Date de ton choix par rapport à un événement intéressant qui te tient à cœur : 2014 –  la création officielle des « Costumeuses ».

 

Films qui ont marqué le parcours de Sonia Sivel :

Paradis perdu de Eve Deboise, tourné à Céret, 2010
Antigone 34 de Roger Simons, série tournée à Montpellier et alentours, 2011
Le dernier coup de marteau de Alix Delaporte, tourné à Montpellier et sur la plage de Bauduc Petite Camargue, 2013
Crimes et botanique de Bruno Garcia, Lorenzo Gabriele, tourné en Languedoc Roussillon (Montpellier, Valflaunes, Saint Martin de Londres, Saint Genies des Mourges, Saint Gély du Fesc, Saint Clément de Rivière, au Château de Castries…), 2014
Candice Renoir de Solen Roy-Pagenault, Robin Barataud et Brigitte Peskine, série tournée essentiellement à Sète, 2015

 

L’actualité de Sonia Sivel :

L’Ami d’Arnaud Louvet et Renaud Fely, tourné dans l’Abbaye de Fontfroide dans l’Aude et la Chapelle d’Aumelas dans l’Hérault, 2015
Le cœur régulier de Vanja d’Alcantara, tourné à Sète, (costumière et habilleuse), 2015
Les Hommes du feu de Pierre Jolivet (chef costumière), tourné à Castelnaudary dans l’Aude, 2016
Tuer un Homme de Isabelle Czajka, tourné à Clermont l’Hérault et Montpellier, (habilleuse), 2016

 

Films qui ont marqué le parcours de Marion Meseguer :

Sweet Mosquito de Audrey Najar et Fred Perrot, tourné à Montpellier, 2011
Antigone 34 de Roger Simons, série tournée à Montpellier et alentours, 2011
The last panthers de Johan Renck, 2014
Orage de Fabrice Camoin, tourné dans la région de Banyuls-sur-mer en Pyrénées Oriental, 2014
Sam de Farid Bentoumi, 2015

 

L’actualité de Marion Meseguer :

Bébés volés d’Alain Berliner, tourné à Nîmes et alentours, 2015
La Promesse du feu de Christian Faure, tourné à Montpellier et ses environs, 2015
Good Luck Algeria de Farid Bentoumi, 2015
Candice Renoir (Saison 4) de Olivier Barma (Habilleuse), 2016